Centrale

Cornettes de Bise : Centrale

Localisation

Point de départ : Bise
Secteur : Centrale
Exposition : Sud
Altitude départ : 1830 m
Sommet : 2300 m

Infos techniques

Difficulté : D+ / 5c / 4c obligatoire
Hauteur : 500 m
Equipement : voir aventure

Matériel

Corde : 2 x 40 m
Dégaines : 10
Sangles : 4
Descente : à pied

Toutes les infos essentielles sur une page A4 à imprimer pour la course:

Présentation

A une époque où la face Sud des Cornettes de Bise ne comprenait qu’une voie ouverte par Yannick Seigneur, la Centrale a marqué fortement l’exploration de cette face.

A noter pour mémoire que le chemin d’accès depuis le Pas de la Bosse et qui traverse toute la face Sud des Cornettes est dû à la ténacité d’un grand monsieur : Jean Diot.

Le secteur de la Centrale aux Cornettes de Bise
Le secteur de la Centrale aux Cornettes de Bise

Accès et marche d'approche

  • Par le col du Pas de la Bosse, accessible depuis Bise ou de La Chapelle d’Abondance. A ce col, prendre le sentier qui longe les parois sur votre gauche, d’abord horizontal il s’élève progressivement.
  • Au premier virage, le quitter, traverser à l’horizontal le petit pierrier en suivant les cairns. Repérer le début du câble qui permet de traverser un couloir exposé.
  • Suivre le sentier qui bascule en face sud. Après une centaine de mètres, il se faufile sous un surplomb humide (surplomb des moutons). A sa sortie (15 m), repérer le premier goujon de la voie (plaque)

 

Historique de la voie

  • Ouverte en 1970 par les cordées Jean-Marie Bénand / Jean-Pierre Bernard et Jean Diot  / Paul Mortier en une seule journée de 14 h et en partant du bas. Ils n’utilisèrent que 11 pitons d’assurance, 4 pitons de relais à une époque où les coinceurs étaient une curiosité.
  • Par la suite, les 2 premières longueurs furent remplacées par un passage de même niveau mais plus direct, ouvert par Paul Mortier.
  • Un lifting a été effectué en 2014 par la cordée Jean-Marie Recht/Jean-Pierre Bernard.

Description détailée

L1

Par un mur vertical avec quelques courtes traversées sur la gauche, gagner un dièdre qui vous mène au relais 1. Avec une cotation 4c/5a, et un pas de 5c ou A0, cette longueur est la plus soutenue de la course.

L2

Suivre droit devant un long dièdre peu incliné (4a à 4c) mais herbeux. Se protéger par une sangle sur un arbuste et quelques coinceurs. Ne pas s’arrêter aux 2 pitons mais continuer dans le dièdre légèrement à gauche pour arriver à R2 (goujons).

L3

Continuer le dièdre qui se referme (4c). Relais sur une sangle à gauche.

L4

Sous le surplomb qui forme une grotte, gravir une fissure à gauche (4c) puis une cheminée déversante. Sortir et atteindre une vire à droite. R4 (goujons).

L5

Suivre le bord de la paroi sur la gauche par un système de vires herbeuses (3a) pour gagner un relais au pied d’un dièdre (goujons).

L6

Surmonter le dièdre soit directement, soit légèrement à gauche par une dalle pour regagner la cheminée à droite, surmontée d’un bloc coincé (4c). Relais 6.

L7

Sortir par un couloir cheminée (4c). Continuer par des gradins jusqu’à une petite plateforme sur la gauche (4c). Relais 7 sur goujons.

L8

Surmonter des petits murs mi-rocheux, mi-herbeux pour prendre pied dans un dièdre légèrement à gauche (4c). Relais 8 dans le dièdre (goujons).

L9

Gravir la fissure dièdre (4c) pour atteindre une plateforme herbeuse, surmontée d’un grand mur. R9 à gauche sur goujons.

L10

Traverser à droite sur la vire. Contourner un éperon et gravir un dièdre (4c) pour gagner les gradins pierreux supérieurs. R10.

L11

Monter tout droit, puis à droite dans le dièdre (4b) pour arriver sous un surplomb humide. R11.

L12

Surmonter le surplomb par sa face droite puis revenir à gauche. Suivre les dièdres qui conduisent à l’arête (4c). R12.

L12

A partir de là, suivre sur le fil l’arête sud-ouest qui vous conduira à la Brèche du Seraukin.

Voir la description complète de cette partie de l’itinéraire dans le topo de la voie des Papys Lions.

Descente

A pied

  • Du sommet (2401 m), suivre la croupe herbeuse (nord-est) descendante en direction du sommet principal sur 40 m, puis descendre par des pentes herbeuses (est) en tirant légèrement sur votre gauche.
  • Vous allez croiser le sentier de la voie normale des Cornettes. Le suivre sur votre droite : il va vous ramener à la Brèche du Seraukin par une grande traversée horizontale.
  • Vous allez rencontrer au début de cette traversée une zone rocheuse équipée par nos soins de 4 goujons : prudence, ce passage a malheureusement provoqué des chutes mortelles.
  • Après être repassé sous le départ du 6e ressaut, vous atteignez la Brèche du Seraukin (2320 m environ). Descendre le versant Bise (nord-ouest) par quelques pas de désescalade. Le sentier redevient bien marqué, mais exposé. Rejoindre le Pas de la Bosse.

Mise en garde :

  • En début de saison, sous la Brèche du Seraukin versant Bise, il reste un important névé très raide d’une cinquantaine de mètres sans possibilité d’assurance.
  • En cas de pluie, ce sentier devient vite très glissant.

Dans ces deux cas, il vaut mieux, depuis le sommet, continuer le sentier vers le sommet principal et prendre le chemin de descente menant au col de Vernaz, puis rejoindre votre point de départ.

Les conseils du guide

  • Avec la longueur de l’itinéraire, la variété des passages techniques, le manque d’échappatoires, cette course s’adresse à des grimpeurs complets, à l’aise aussi bien dans l’escalade que dans la pose des coinceurs. En effet, il ne faut pas compter sur un itinéraire évident, jalonné de marques de magnésie et de plaquettes. De plus, l’escalade de cheminées plus ou moins profondes, de murs où l’herbe est partie prenante demande une certaine solidité mentale. Mais en général, un rocher solide encourage le grimpeur qui peut se protéger à l’aide de coinceurs assez régulièrement.
  • En conclusion, avec cette voie, on se lance dans les traces des anciens non pas par défi, mais pour partager l’expérience d’une grande voie.
  • Dans le doute, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel.
  • Surveillez la météo avant et pendant votre course : vous êtes en altitude et même en été, il peut neiger sur les sommets des Cornettes.
  • Bonne course et surtout n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques sur ce site.

La galerie photos

Aidez nous !

Vous grimpez dans nos voies ?
Vous appréciez ce site et les infos que nous y partageons ?

Alors laissez-nous un petit commentaire ci-dessous pour nous le faire savoir et nous encourager à continuer.

Laisser un commentaire

Laissez nous un commentaire !

Vous grimpez dans nos voies ?
Vous appréciez ce site et les infos que nous y partageons ?

Alors laissez-nous un petit commentaire pour nous le faire savoir et nous encourager à continuer.

Suivez notre page Facebook

Sauf avis contraire, tous les contenus de ce site sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons

CC-BY-NC-ND Logo

Contactez-nous