Dian de Ouatapan

Mont Brion : Dian de Ouatapan

Localisation

Point de départ : Abondance
Secteur : Mont Brion
Exposition : Est
Altitude départ : 1700 m
Sommet : 2000 m

Infos techniques

Difficulté : TD / 6a / 5c obligatoire
Hauteur : 300 m
Equipement : Correct / Eloigné

Matériel

Corde : 2 x 50 m
Dégaines : 12
Sangles : 2
Descente : à pied

Toutes les infos essentielles sur une page A4 à imprimer pour la course:

Présentation

Le Mont Brion fait partie des montagnes oubliées du Chablais. Pas très élevée (1991 m), elle s’efface dans l’ombre du Mont de Grange et du Pic de Tavaneuse. Mais lorsqu’on remonte le val secret qui conduit au Pas de Savolaire, elle s’impose par sa face Est d’un jet rocheux en forme de pain de sucre. D’une hauteur de 250 m, faite d’une roche caractéristique ( …… ), elle est sillonnée par trois voies toutes véritablement estampillées « aventures » où seules les cordées expérimentées s’y risquent. Une de celles-ci, La Chamois, ouverte du bas en 1972 par Paul Mortier et Jean-Pierre Bernard, évitait les principales difficultés.

Cet été, l’itinéraire de la Chamois a été repris du bas par Jean-Marie Recht et Jean-Pierre Bernard, en modifiant considérablement le tracé. Constatant l’intérêt de ce nouvel itinéraire, la cordée a décidé de l’équiper pour en faire une course classique. Elle a été ouverte après plus de trois journées d’efforts soutenus et porte le nom de Dian de Ouatapan.

Elle se présente comme une course de montagne avec une marche d’approche dans un très beau vallon qui vient buter sur une paroi rocheuse. Dès la première longueur, le ton est donné : ce sera une escalade verticale sur un rocher super-adhérent avec un équipement aéré mais efficace. La présence de vires herbeuses n’est pas gênante mais participe à la notion de course mixte. La verticalité à chaque instant renforce l’idée que l’on se fait d’une paroi, surtout dans le mur sommital. L’arrivée au sommet reste tout aussi symbolique : perché sur une cime rocheuse au cœur d’un océan de montagnes, il vous faudra aborder une descente le long d’une arête effilée au début, devenant progressivement une randonnée pour regagner la vallée au terme d’une journée bien remplie. Oui, une vraie course de montagne !

Mise à jour printemps 2012 : Suite aux premières répétitions de cette voie et aux remarques reçues, nous sommes repartis pour la cinquième fois pour le Brion, chargés comme des mules (13 kg chacun). Partis aux aurores, la nuit commence à tomber alors que nous mettons en place la dernière plaquette. Enfin nous avons essayé de contenter tout le monde avec le rajout d’une vingtaine de goujons et une purge plus élaborée de la voie. Maintenant, la Dian de Ouatapan, devenue adulte, est une très belle course de montagne bénéficiant d’un équipement de qualité  et se déroulant sur un rocher très adhérent avec quelques passages de mixte bien protégés.

La face est du Mont Brion
La face Est du Mont Brion

Accès et marche d'approche

  • A partir du pont, au centre d’Abondance, traverser le village sur la droite.
  • Prendre la route de droite  (Charmy l’Envers) qui conduit au lieu-dit Pretairié (1150 m). Parking.
  • Suivre à pied la piste de 4×4 qui mène au chalet d’alpage des Serranants. De là on repère facilement la face est du Mont Brion.
  • Suivre le chemin indiqué pour le passage du col de Savolaire. Sous la face, repérer deux ou trois blocs « immeubles » puis, au-dessus, le pilier de départ de la voie. Il se trouve à l’aplomb d’un immense surplomb perché à mi-paroi (1h15).

Historique de la voie

  • 1972 : ouverture du bas de La Chamois par Paul Mortier et Jean-Pierre Bernard
  • Août 2011 : ouverture du bas de la Dian de Ouatapan  par Jean-Marie Recht et Jean-Pierre Bernard
  • Juin 2012 : nouvelle purge et rajout de goujons par les ouvreurs

Description détailée

L1

Pilier vertical en excellent rocher, très adhérent. 5c.

L2

Continuer à monter sur 10 m pour venir buter sur une dalle. Traverser à gauche sur un éperon. Gravir la dalle sur son bord gauche. Relais à la sortie à droite sur la vire. 4a/5c/4b.

L3

Traverser 3 m à droite et surmonter des petits ressauts rocheux entrecoupés de vires. La seule longueur mixte. 4b.

L4

Gravir l'éperon sur son flanc gauche puis sur le fil. Belle escalade sur petites prises. 5a.

L5

Longueur-clé magnifique, débutant par un dièdre profond sur 10 m, puis une traversée plein vide à gauche pour gagner un second dièdre vertical. Le gravir jusqu'à un surplomb, puis sortir sur la face gauche pour gagner une vire-relais. 5c.

L6

Gravir la dalle verticale suivante (6a ou 5c avec 1 point d'aide), puis légèrement à gauche gagner le relais par des murs mixtes protégés. 4b.

L7

Droit au-dessus, un petit dièdre donne accès à une dalle inclinée (5c). Tirer à gauche pour prendre un râteau de chèvre. Le surmonter en tirant à gauche à sa sortie. Gravir le mur vertical qui donne accès à une vire ascendante. (6a ou 5c avec 1 point d'aide). Relais.

L8

Courte longueur de sortie, surmontant des petits murs verticaux successifs coupés de vires (4b). Relais sur l'arête sommitale à gauche.

Descente

A pied

  • A la sortie de la voie, gagner le cairn sommital à droite (30 m).
  • Continuer votre traversée d’arête effilée sur 50 m. Au moment où elle se transforme en croupe herbeuse, repérer un sapin isolé en contrebas sur la pente de gauche (relais).
  • Du sapin descendre encore 10 m, puis traverser à la hauteur d’un deuxième sapin.
  • Continuer votre traversée à l’horizontale sous un gendarme rocheux, regagner l’arête herbeuse puis descendre de 10 m à un groupe de sapins (relais).
  • De là descendre tout droit la pente d’herbe pour gagner l’arête herbeuse et boisée qui conduit au col de Damoz-les-Moulins (1837 m).
  • Vous y retrouverez un sentier versant est qui vous ramènera à l’alpage des Serranants, puis au parking (1h15).

A noter : vous pouvez vous assurer aisément aux sapins.

En rappel

  • Rappels de 50 m en utilisant les relais de montée, mais il faut faire attention car le rocher très agrippant rend les retours de la corde de rappel très laborieux !
  • Pour cette raison la descente par le sommet et le sentier est recommandée.

Les conseils du guide

  • La Dian de Ouatapan  est une grande course (pour le Chablais) sur une paroi verticale avec quelques passages de mixte (herbe).
  • Un équipement adapté favorise une escalade rendue très intéressante par la nature du rocher accrocheur. Justement, afin d’éviter les frottements excessifs, les longueurs sont courtes : de 25 à 30 m (sauf pour L6, 50m), avec un nombre de goujons réduit (8 à 10). Suivant votre niveau, vous pouvez modérer l’exposition des passages en complétant votre sécurité avec des anneaux et des coinceurs.
  • L’arrivée et la descente des arêtes doivent tenir compte des conditions météo en évitant les orages et la pluie. A noter que la face, orientée E, sèche très rapidement.
  • Pour conclure, la Dian de Ouatapan, course de montagne d’un bon niveau (5 c), demande une bonne maîtrise des techniques d’escalade au vu de sa verticalité.
  • Dans le doute, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel.
  • Merci d’avance pour l’objectivité de vos commentaires.

La galerie photos

Aidez nous !

Vous grimpez dans nos voies ?
Vous appréciez ce site et les infos que nous y partageons ?

Alors laissez-nous un petit commentaire ci-dessous pour nous le faire savoir et nous encourager à continuer.

6 réflexions au sujet de “Dian de Ouatapan

  1. Pourquoi est ce que dans la fiche résumé (6a max) et dans les topo-photos détaillés (parties inf et sup) (5b max) les cotations sont totalement différentes ? L’un des deux documents doit contenir des erreurs…

  2. Bonjour
    Merci de l’intérêt que vous portez à mes voies. Vous avez raison, il y a eu une coquille dans les documents. Ceci a été remis en ordre, vous pourrez le vérifier.
    Avez-vous fait la voie ? Et quelles sont vos cotations ?
    Bonsoir.
    Jean-Pierre.

    • Les documents sont ok maintenant!
      Je ne connais pas encore la voie, je ne suis pas de la région mais y viens de temps en temps, un jour peut être…
      Bonne journée.
      Thomas

  3. Un grand merci pour cette voie interessante, a l’equipement beton, le tout dans un superbe cadre. Le caillou est assez particulier et fait penser a une sorte d’agglomerat rapeux a souhait. Comme avec ce dernier, il vaut mieux bien tester les prises avant, certaines ne pouvant resister a l’appel du vide…:-)

    • Bonjour Fred,

      Merci pour votre appréciation. Il est vrai que cette voie est particulière et ne doit intéresser que des grimpeurs teintés d’alpinisme !

      Amicalement,
      Jean-Pierre

  4. Salut Jean-Pierre, nous sommes allés faire la voie, histoire de changer des cornettes. Oh surprise de ne pas être seul pour la faire. Nous étions avec une cordée d’anglais très sympas qui ont adorés ton site et la voie. Les cotations sont correctes. Nous n’avons pas utilisés de coinceurs (ni les anglais). Les relais sont à relier par des sangles pour certains (remarques pour les suivants). Effectivement, ça ne donne pas envie de descendre en rappel vu la configuration du rocher et de la voie et , de toute façon, la sortie et descente par l’arrête est vraiment sympa. Voila, tu ne diras plus que je e vais pas faire tes voies !!
    A+
    Jean et Anne

Laisser un commentaire

Laissez nous un commentaire !

Vous grimpez dans nos voies ?
Vous appréciez ce site et les infos que nous y partageons ?

Alors laissez-nous un petit commentaire pour nous le faire savoir et nous encourager à continuer.

Suivez notre page Facebook

Sauf avis contraire, tous les contenus de ce site sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons

CC-BY-NC-ND Logo

Contactez-nous