Aspic

Niveau global

TD inf.

Cotation libre

6a (5c)

Orientation

Sud

Equipement

Rapproché

Marche d’approche

1h15

Descente

En rappel

Altitude départ

1850 m

Hauteur voie

160 m

Corde

2 x 50 m

Dégaines

12

Sangles

2

Présentation

Première voie ouverte dans ce secteur, elle est devenue rapidement la super-classique de ce niveau grâce à ses atouts : une ligne superbe sur un pilier au rocher sain, bénéficiant d’une vue panoramique allant de l’Oberland à l’est à l’Oisans à l’ouest, en face du massif du Mont Blanc.

Dorénavant, depuis le printemps 2012, elle bénéficie d’un équipement complet permettant d’apprécier des difficultés soutenues, mais raisonnables dans le 5b/5c avec des pas de 6a (si on se soustrait aux points d’aides !)

Cette escalade, bien verticale, permet surtout de déguster dalles, piliers, fissures, cheminées, surplombs, le tout en un calcaire parfait. Non, vous ne serez pas déçus !

Historique

  • 1974 : ouverture Jean Diot et Jean-Pierre Bernard du bas, sortie à droite
  • 1975 : ouverture Patrick Delale et  Jean-Louis Urquizar, sortie à gauche
  • 2007 : rééquipement avec sortie centrale
  • 2011 : nouveau tracé et rééquipement : Jean-Marie Recht et Jean-Pierre Bernard (goujons de 10mm, relais équipés pour le départ)

Accès / Marche d'approche

  • Environ 1 heures et 15 minutes de marche d’approche depuis les Chalets de Bise
  • Voir les infos sur le secteur de l’Aspic pour tous les détails
  • Repérer le pilier de l’Aspic, au centre du secteur
  • Le départ de la voie se situe au centre du pilier (plaque)

Retour / voie de descente

En rappel

  • Dans la voie Jean Aubert (variante plus rapide et conseillée)
  • Le dernier relais (sur câble) forme le premier point de rappel de la Jean Aubert
  • Ensuite, rappels de 50m, tous équipés

A pied

  • Par le Couloir des Chamois (variante plus alpine et réservée aux personnes habituées)
  • Au-dessus du dernier relais, le pilier se continue sur 50 mètres avec une escalade facile et plaisante qui donne accès à des vires d’herbes peu inclinées
  • Gravir celles-ci par une traversée ascendante vers la droite (100 mètres)
  • Franchir, toujours à droite, un épaulement herbeux peu marqué pour gagner un couloir évasé
  • Descendre ce couloir en tirant sur votre droite (100 mètres)
  • Surmonter une arête herbeuse à droite pour gagner un petit couloir herbeux parallèle à la paroi (anneau de rappel sur la gauche)
  • Un rappel de 25 m permet de gagner les dernières vires herbeuses qui donnent accès au pied de la voie

Description détaillée

L1

Petite longueur sur dalle et pilier. Relais à gauche sur une marche (piton américain). R1.

L2

Traverser à gauche en dalle, puis verticalement gravir une petite fissure à doigt. Sortir sur une marche à gauche. R2. Longueur courte.

L3

Démarrer à gauche puis revenir à droite dans un dièdre vertical. A sa sortie, tirer légèrement à droite sur le fil du pilier. Au sommet du pilier, R3. Longueur longue.

L4

Gravir toujours verticalement le pilier puis traverser franchement à droite sous le surplomb de la Jean Aubert. A la droite de celui-ci, franchir un râteau de chèvre puis gravir à droite deux petits murs. R4 confortable.

L5

S’engager dans une cheminée profonde, verticale qui vient mourir sur une dalle. Relais suspendu en pleine dalle R5

L6

Tirer à gauche puis surmonter le bombement à droite jusqu’à une marche. Surmonter le surplomb par la gauche et monter tout droit. Relais confortable sur la droite R6. Longueur longue.

L7

Monter à droite du fil du pilier. Gravir un dièdre sur 5m puis revenir à gauche sur le fil et gravir ce piler qui conduit au R7.

Les conseils du guide

  • Ne pas doubler les relais car il vous faudra augmenter le nombre de dégaines et vous risquez un problème de frottement
  • La voie ayant été retracée, faire attention aux anciens topos !
  • Repérer à la montée les rappels de descente de la voie Jean Aubert : ils sont tous visibles depuis l’Aspic
  • Un jeu de coinceurs peut être utile pour votre confort
  • Dans le doute, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel

Bonne course !

Et à votre retour, n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques en laissant un commentaire sur cette page

Une petite récompense pour nous, en échange de nos heures de travail et du matériel engagé
(nous sommes 100% bénévoles et ne bénéficions d’aucune subvention)

Commentaires

4 réflexions au sujet de “Aspic”

  1. Bonjour,
    Super voie mais………………..
    On a du redescendre aujourd hui (6 Septembre 2012) car ma copine n’a pas supporte de se retouver nez a nez avec des serpents au dessus de deuxieme relais!!!!! Serpents en bas aussi!!

    Répondre
    • La voie portait bien son nom ! Mais depuis des années, on n’en voyait plus, car les troupeaux de moutons qui aiment bien pâturer dans ce coin les ont fait fuir.
      C’est vrai que dans le Chablais, par période chaude, c’est une rencontre pas forcément agréable qu’on peut faire.
      En espérant que vous reviendrez,
      Jean-Pierre.

      Répondre
  2. Bonjour Jean-Pierre, on s’ est croisé au bas des voies vendredi dernier(20/06).

    Suivant vos conseils nous sommes partis sur Aspic et on a pas été déçu, c’ est vraiment une superbe escalade sur pilier. Nous n’ avons pas eu de soucis mis à part que nous avons loupé la dernière partie, je pense qu’ on est arrivé au R4 de Jean Aubert plutôt qu’ au R6 de Aspic et nous avons donc continué dans la Jean Aubert pour cette dernière portion.
    Quel plaisir de grimper dans les Cornettes! On reviendra très prochainement.

    Merci encore pour votre travail.

    Nicolas

    Répondre
    • Bonjour Nicolas,

      Je suis content que vous ayez apprécié l’Aspic. Dommage pour votre petite erreur d’aiguillage. Il est vrai que la voie voisine la Jean Aubert. Dans les Cornettes il est préférable d’avoir la bonne version du topo sous la main ! 😉

      La description de notre petite dernière se trouve sur le site !

      Amicalement,
      Jean-Pierre

      Répondre

Laisser un commentaire

Cliquez sur le bouton modifier pour changer ce texte. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.